Charte de l'école saint-Philippe-NERI



"Je te bénis mon Créateur, 

Pour la merveille que je suis :

Tous ces trésors au fond de moi, 

Que tu as mis sans faire de bruit." 

                                                                                                                                                              (refrain d’un chant liturgique)


La charte de l’école saint-Philippe-NERI présente les valeurs qui animent l’école et ses principes de fonctionnement.


L’école est expressément adaptée aux enfants à besoins spécifiques. Sont admis les enfants souffrant de troubles neuro-cognitifs développementaux (dysphasie et dyspraxie), de troubles des apprentissages (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie) et/ou troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité. 


Les professionnels paramédicaux assurent une remédiation pendant le temps scolaire, établissent les bilans nécessaires à leur cabinet et travaillent en étroite collaboration avec les enseignants. Les familles sont encouragées à faire appel à ces professionnels afin que leur enfant bénéficie de la cohérence et donc de l’efficacité de sa prise en charge scolaire et paramédicale. Les parents et les professionnels veillent à être en lien régulier au sujet de l’enfant.


L’école est un lieu de ressourcement pour les parents en proposant des conférences et des groupes de parole.


L’école a pour ambition

° de conduire l’enfant vers l’autonomie tout en acceptant ses limites pour savoir demander l’aide dont il a besoin,

° de former de futurs adultes libres et responsables, capables de vivre et d’œuvrer pour le bien dans ce monde.


LES FONDEMENTS ANTHROPOLOGIQUES

° L’enfant est une créature de Dieu créée pour l’Amour,

° L’enfant est accueilli et instruit dans toutes les dimensions de son être : être corporel, être intellectuel, être relationnel et être spirituel.

° Les parents sont les premiers éducateurs de leur enfant. Ils demandent à l’école de participer à l’éducation et à l’instruction de celui-ci. Pour cela, ils délèguent cette responsabilité pendant le temps scolaire au directeur. Les parents sont un appui essentiel de par leur connaissance intime de leur enfant.


LA MISE EN ŒUVRE

  1. Un être corporel qui aspire à la VIE, éduqué par

° un rythme régulier et équilibré entre leçons et récréations à l’échelle de la journée et de la semaine.

° la pratique du sport et des jeux au grand air lors des récréations

° la pratique d’activités artistiques, manuelles et le développement du sens pratique

° la pratique des règles d’hygiène élémentaires : propreté du corps et des lieux. 


2. Un être intellectuel qui aspire à la VERITE

L’école a pour but de permettre à l’enfant de

° rechercher la vérité

° connaître le monde

° acquérir des compétences

° se cultiver


L’école s’engage à transmettre aux élèves les connaissances et les compétences du socle commun telles qu’elles sont définies à l’article L.122-1-1 du code de l’éducation (consultable sur le site du ministère de l’éducation nationale) afin que ceux-ci intègrent le niveau collège à l’issue de leur scolarité primaire.


En voici les sept piliers :

° la maîtrise de la langue française

° la pratique d’une langue vivante étrangère

° les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

° la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication

° la culture humaniste

° les compétences sociales et civiques

° l’autonomie et l’initiative. 


L’acquisition du socle commun des connaissances est essentiellement concentrée sur les matinées. Une partie des après-midis est dédiée à l’épanouissement physique, artistique et culturel de l’élève : des ateliers tels que jardinage, sport, anglais parlé, arts plastiques, musique, théâtre, chant, dessin … permettent à l’enfant de développer toutes les facettes de sa personnalité, sa curiosité, son sens critique et son esprit d’initiative, d’exprimer ses goûts et talents, de trouver la joie de l’entraide et de la coopération, la richesse des différences et la beauté dans ses réalisations.


Les enseignants utilisent tous les moyens, outils et méthodes pédagogiques dans le seul but de faire progresser l’élève. Les apprentissages sont progressifs, structurés et rigoureux. Sans être attachée à une méthode particulière, elle utilise des manuels dont les progressions sont linéaires allant du simple au complexe. Les enseignants sont secondés par une professionnelle de la guidance pédagogique spécifique et encouragés dans leur formation continue.


3. Un être relationnel qui aspire à l’AMOUR

L’école a pour but de construire la confiance en soi et la confiance en l’autre.


Elle utilise les moyens suivants :

° l’entraide par le travail en petites équipes d’enfants solidaires

° l’amitié

° la simplicité et le respect dans les relations aux autres : enfants ou adultes

° la pratique de la politesse comme respect de soi et de l’autre


Le triangle éducatif fonctionne sur une relation de confiance : la relation éducative qui se tisse entre l’enfant, les parents et les enseignants nécessite une confiance réciproque. Cette confiance donnée a priori se construit en particulier par la communication. Les parents participent aux réunions auxquelles ils sont conviés : réunions d’information sur la vie de la classe, de l’école, du programme … réunions de dialogue pédagogique à propos de l’enfant, réunions de formations humaines et pédagogiques telles que conférences, soirée de réflexion …. Environ trois réunions annuelles sont à prévoir.

Le temps que les parents peuvent donner à l’école participe également à la construction de cette confiance mutuelle. Il est demandé à chaque famille de s’engager au service de l’école : deux heures mensuelles et être présente aux journées travaux en fonction des besoins et de leurs disponibilité. Parce que les parents ont des talents à mettre au service des enfants !


Toute personne qui travaille à l’école saint-Philippe-NERI, qu’elle soit salariée, professionnelle ou bénévole, est convaincue que chaque enfant recèle un trésor d’intelligence de cœur et d’esprit. Elle s’engage à poser sur l’enfant un regard bienveillant, encourageant, stimulant, félicitant chaque progrès, chaque effort. Elle voit l’enfant comme enfant de Dieu, « merveille du Créateur », et si elle-même est baptisée, comme son frère dans le Christ. 

Elle renonce à toute violence qu’elle soit verbale, psychique et physique. Elle met l’enfant face à ses responsabilités et l’aide à réparer le désordre qu’il a causé sans le blâmer. Elle le considère dans la globalité de sa personnalité pour ne pas se limiter à ne voir que ses défauts, difficultés ou handicap.


Une violence mettant en danger de façon récurrente les autres enfants sans qu’aucune solution pérenne n’ait été trouvée n’est pas acceptée au sein de l’école.


L’école est un lieu où règnent la joie, le goût du beau, la confiance, la valorisation des talents et des réussites de l’élève afin de lui permettre de s’épanouir dans la confiance, l’estime de soi, l’autonomie et la charité.


4. Un être spirituel qui aspire à la rencontre avec DIEU et à l’INTERIORITE

L’école apprend à l’enfant à apprivoiser le silence.

L’école étant catholique, l’élève découvre la foi catholique, la Parole de Dieu dans la Bible, l’Eglise, la prière et les sacrements grâce à un enseignement et à la présence régulière d’un prêtre. Les fêtes liturgiques sont vécues à l’école. L’école participe à la messe paroissiale hebdomadaire.

La foi n’étant ni imposée ni contrôlée, l’école ne s’immisce pas dans la vie intérieure de l’enfant, espace de liberté inviolable.


L’école accueille toute famille chrétienne ou non et tout enfant baptisé ou non. Elle exige seulement de la part des familles et des enfants le respect des valeurs proposées.



Les parents qui souhaitent se fédérer peuvent rejoindre la Fédération des Parents des Ecoles Indépendantes (FPEI).